Elections européennes: La Maire de Montferrand-du-Périogord dans la course

Publié le Publié dans Actualités du Village, beaumont, bergerac, bordeaux, communauté de communes des bastides, dordogne, dordogne-perigord, Les partenaires du village, montferrand du perigord, périgord, perrigueux

Une médina-maryenne de cœur est dans la course aux élections européennes du 26 mai prochain. Mme Nathalie Fabre, maire de Montferrand-du Périgord, amie et sympathisante de Médina-Mary est candidate de sa circonscription dans le choix des futurs députés européens devant siéger au parlement de Strasbourg.

Elle fait partie des 78 candidats et candidates du Parti communiste (PC). Dans le département de Périgueux, elle fait duo avec Ian Brossat dont elle est la suppléante.

Depuis l’ouverture officielle de la campagne électorale, elle parcourt le département d’Est en Ouest, du Sud au Nord pour se faire connaître, expliquer les raisons de sa candidature et de son engagement, parler de sa vision de l’Europe. « C’est parce que je me retrouve dans le programme de Ian Brossat, qui met en avant l’humain face aux finances que j’ai accepté de le rejoindre », dit-elle à ceux qui s’interrogent pourquoi ce choix.

Elle croit en une Europe « forte et unie », fondée sur des valeurs communes : la démocratie, les droits humains, la solidarité, l’égalité des genres et le respect de l’Etat de droit, qui constituent la base non négociable de l’Union Européenne ».  Elle estime cependant que l’Europe a besoin d’un nouveau souffle, d’une nouvelle ambition pour ressusciter l’enthousiasme des citoyens. « Pour moi, fait-elle remarquer, elle retrouvera ce souffle d’optimisme en s’appuyant sur les territoires qui sont l’âme et la culture de notre continent ».

Pour Mme Fabre, compte tenu de la dimension mondiale des défis actuels tels que le climat, il faut « une Europe ouverte » sur le monde et à l’écoute des peuples qui voient en elle « un espoir » pour plus de paix et de prospérité partout dans le monde et non un repli sur soi.

« L’Europe ne doit pas être, ne peut pas être seulement un partenariat entre Etats et Nations », souligne-t-elle, avant de poursuivre : « l’Union Européennes est avant tout une union des peuples. Elle n’existera que si les Européens y croient, il faut donc la construire avec eux, la construire avec vous ».

Bonne chance, Nathalie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *