Agriculture: Entretien avec M. Diamé Cissokho chef du service météo Vélingara

Publié le Publié dans Non classé

M. Diamé Cissokho
chef du service départemental de la météo de Vélingara
Au Sénégal, particulièrement dans le département de Vélingara, la saison des pluies 2017 s’est terminée sur un tableau en demi-teinte : un mois de septembre déficitaire en pluies, mais une bonne pluviométrie dans l’ensemble. Bilan de cette saison avec M. Diamé Cissokho, chef de la station départementale de la météo de Vélingara.
Le département de Vélingara est l’un des endroits où il pleut le plus au Sénégal. Limitrophe de la Guinée Conakry et de la Guinée- Bissau, il enregistre chaque année près de 1000 mm de pluies. Quel bilan pour la dernière saison des pluies en 2017?
La station météo de Vélingara a enregistré pendant la saison des pluies de 2017, un cumul hivernal de 862,9 millimètres (mm) contre 740 mm en 2016. La pluviométrie du mois de septembre est comparée à la normale pluviométrique, alors que celle de 2016 a été déficitaire. La normale que nous appliquons, est celle de la moyenne de 1981 à 2010, qui est de 204.5 mm en septembre. De ce fait donc, en septembre 2017 nous n’avons enregistré que 43,9 mm contre 279.0 mm en 2016.
Malgré tout, nous pouvons dire que nous avons eu une pluviométrie normale à excédentaire sur tout le territoire du département de Vélingara. La seule fausse note est le déficit pluviométrique du mois de septembre qui a causé une baisse du rendement agricole.
Quelle lecture faites- vous de ce bilan 2017 comparé à celui de 2016 ?
Si nous comparons les deux saisons hivernales de 2016 et 2017, nous constatons que tous les semis effectués dans l’ensemble du département au mois de juin sont arrivés à maturité pour les deux saisons. En 2017, tous les semis de juin à mi-juillet ont donné de meilleurs rendements que les semis tardifs, en dépit de la bonne pluviométrie du mois d’octobre.
Nous sommes à moins de 5 mois du début de la prochaine saison des pluies 2018. Quelles sont les perspectives qui se dessinent pour vous?

Il faut attendre la prévision saisonnière. Chaque année, à la fin du mois de mai, le Centre africain des applications de la météorologie pour le développement (ACMAD), les experts de l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANACIM) du Sénégal, et les services météo des pays membres du Comité inter-Etats de lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS) diffusent un bulletin de prévision saisonnière pour l’Afrique de l’ouest. Ce bulletin est mis à la disposition des agriculteurs, des éleveurs et de la population pour le choix des variétés agricoles, ainsi que la date d’installation de la saison des pluies, afin de permettre aux producteurs de démarrer les semis.
Votre service dispose d’un réseau de postes pluviométriques à travers le département. Quelle appréciation faites-vous du rôle de celui de Médina-Mary, durant la campagne hivernale?
Médina-Mary est le seul poste pluviométrique au nord-ouest du département de Vélingara. Tous les jours, nous mettons à la disposition de la Société de développement des fibres textiles (SODEFITEX), la pluviométrie de tout le département.
Quel avenir pour ce poste pluviométrique?

Nous souhaitons avoir la normale pluviométrique de Médina-Mary qui représente 30 ans de relève sans interruption.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *